Ces enfants lents, rêveurs, inattentifs

Attention aux étiquettes :

Quel message se cache à travers ces enfants qui n’écoutent pas. 

 

L’enfant lent cache la peur de rater

 

L’enfant lent reste distrait, regarde sur le bureau, vérifie toujours ce qu’il fait. Il rêve, il fuit et repousse le temps de la réponse. Sa pensée semble anesthésier, en suspens, le regard ailleurs.

L’adulte, répète encore la consigne, parfois s’énerve ou se moque : C’est surtout Signe d’envahissement émotionnelle.

L’enfant doute de ses réponses et préfère attendre le dernier moment pour être sur de ne pas se tromper. Cela lui évite de faire face à l’erreur. Pourquoi réviser ou écrire si on est sûr de rater ? En étant lent l’enfant trouve un moyen de se protéger !

« Il y a de fortes chances que sa lenteur soit due à la peur. Entamer un exercice ou une action, c’est prendre le risque d’échouer. En retardant le moment de s’y mettre, comme le font aussi les élèves qui s’attaquent au dernier moment à leur dissertation, on retarde la possibilité de l’échec. » Avant de le cataloguer, on gagnera donc à détricoter avec son enfant son attitude, éventuellement remonter à un échec — ou ressenti comme tel — qui le paralyse. Comme le dit Monsieur Sotto

Pourtant un enfant n’est pas lent dans une activité qui lui plait, qui a du sens ou qui qu’il réussit.

Alors comment aider concrètement l’enfant lent  dans ses dévoirs et comprendre ce qui se passe dans sa tête ? Cliquer ici 

L’enfant inattentif : en quête de sens

Si l’enfant n’est pas motivé, c’est tout simplement que ce qu’il est censé « apprendre » ne fait aucun sens, ne s’inscrit dans aucun projet de vie— sauf peut-être celui de ne pas faire crier ses parents, ce qui a pour le coup toutes les chances de les stressés encore plus.

La seule perspective du prochain contrôle n’en est pas une en soi. L’enfant va à l’école avant tout pour… apprendre !  Et que ce n’était pas un processus linéaire.

L’attention et la concentration supposent que l’enfant mettent de coté ses pensées d’ailleurs (la partie de jeux vidéos avec les copains par exemple.) et le bruit… y compris la TV à proximité de l’enfant.

C’est une vraie gymnastique de pouvoir se concentrer et cela s’apprends !  Par exemple en « fermant les yeux ainsi le néocortex, siège de la réflexion, change d’ondes cérébrales, un peu comme en méditation, et passe du mode visuel au mode sensation, beaucoup plus favorable à la mémorisation pour amener des images mentales aux enfants.

Comment aider l’enfant à retrouver le sens et la motivation ? cliquer ici module enfant

L’enfant rêveur :  Visiter le monde ou le fuir

L’enfant rêveur a souvent la tête ailleurs. Il aime être seul pour pouvoir réfléchir. Il est indépendant, mais pas inactif, car son imaginaire bouillonne. Face aux devoirs, il s’éloigne quelquefois des consignes pour produire une création unique à sa propre manière. .

Si votre enfant est rêveur, vous aurez avantage à lui laisser ces moments d’imagination pendant les activités. Il prendra le temps de réfléchir à ce qu’il veut faire et pourra exécuter ensuite ce qu’il a imaginé. il mettra sans doute beaucoup d’énergie et d’intensité à réaliser ce qu’il a imaginé.

Il est préférable de ne pas insister pour que votre enfant soit constamment dans l’action. Respectez son rythme et son besoin de rêver. Vous lui laissez ainsi le temps de se retrouver. Faites confiance à son élan naturel vers la découverte

Mais certains enfants s’évadent dans la rêverie pour échapper à une situation pénible ou ennuyeuse à affronter. Ils se réfugient ainsi dans l’imaginaire, parfois la rêverie envahit leurs activités et cela finit par les mettre à l’écart du groupe.

Si votre enfant a besoin d’exprimer sa peine et de se sentir compris, vous pourrez l’aider à exprimer ses émotions.

Quels sont les outils pour accompagner un enfant rêveur ? cliquer ici module enfant

Share Button
The following two tabs change content below.
Je suis Psychologue et Psycho-pédagogue- Auteur et Conférencière. je partage avec vous ici tous les jeux pédagogiques de l'approche TCC ( TETE COEUR CORPS) qui prend l'enfant et ses apprentissages dans sa globalité et tout ce que le travail auprès des enfants m'ont appris. 🙂